Mon atelier

Tout au bout de la maison, là-haut, tranquille. Petit et organisé.


DSC_0799.JPG
 

Murmures

la poésie du chez soi


L’univers de la Maison m'inspire depuis une dizaine d'années. J’ai beau tenter d’autres pistes, les carrés et rectangles réapparaissent, s’enchevêtrent, se parent de fenêtres, la maison se réapproprie la toile. Ce qui m’amène depuis peu à chercher les raisons de cette quasi obsession. Qu’est-ce que la maison suggère en chacun de nous ? Si on se racontait au travers de ces murs ? Si on s’y réfugiait pour inventer, créer, rêver ?

DSC_0931.JPG

L’on touche à beaucoup de choses lorsque l’on touche à la maison. Elle revêt une importance particulière dans ma vie car les déménagements nombreux en France et aux États-Unis m’ont à chaque fois poussée à refaire mon nid très rapidement, et il s’agit pour moi d’une nécessité absolue. A chaque lieu habité correspondent des sensations, des émotions, des souvenirs. Les murs que j’ai rencontrés, qui m’ont abritée sont les témoins silencieux de toute une vie. La maison nous habite même quand on la quitte. Bachelard en parle avec douceur et nostalgie : “ il existe pour chacun de nous une maison du souvenir-songe”. La maison n’est donc pas seulement un abri, un refuge, elle représente un ensemble de liens affectifs (home/ house en anglais). Je me raconte au travers de ces murs, j’y inscris des petites et des grandes histoires.

Nous ne quittons jamais les maisons de notre enfance: elles restent toujours en nous, même quand elles n’existent plus, même quand les tractopelles et les bulldozers viennent les détruire.
— Ferzan Oztepek

Les maisons dans mes toiles s’amoncellent, s’entassent, s’entrecroisent. Des poissons s’y aventurent. SILENCE. Mes tableaux évoquent tour à tour des villages lointains, flottants, ou des villes construites au bord de l'eau, mais également des campements de saltimbanques, où la caravane évoque là encore un abri d’un autre genre…

 

Mes outils et techniques

Les pigments, l’aquarelle, le graphisme, le collage, la couture sur papier…


20151109_185455.jpg

…  mes outils et techniques se sont enrichis au fil des ans, au gré de mes envies, de mes lieux de vie et de belles rencontres qui ont orienté mon travail .

La couleur a toujours été centrale. J’aime créer des nuances et affectionne particulièrement les gris colorés. Mes teintes se fondent les unes dans les autres et peuvent parfois sembler délavées, comme dans un vieux livre sorti du grenier.

Je trace au crayon gris et à la craie sèche des formes géométriques qui deviendront habitations, je cerne les couleurs. Certains motifs apparaissent régulièrement dans mes compositions: fenêtres et portes, échelles, chaises, maisons, bouteilles, maisons-bouteilles, arbres morts et fleurs fanées, guirlandes lumineuses et poissons. Je ne m’explique pas toujours la raison de leur présence. Des graphismes également: points et tirets tels des gouttes de pluie, des flocons.

DSC_0173.JPG

Les mots font corps avec les couleurs, qu’ils soient griffonnés, collés ou réalisés au pochoir. Ils orientent la lecture, suggèrent une anecdote, mais teintent surtout mon travail de poésie.

J’intègre le papier dans mes créations. J’aime l’aspect graphique des cartes routières (et tout ce qu’elles racontent), l’odeur des feuilles de romans jaunies par le temps, la délicatesse des papiers artisanaux, mais aussi les personnages des photos à qui j’invente souvent une toute autre vie. Accumuler, collecter, collectionner jusqu’à ce qu’une idée émerge, et qu’un assemblage prenne forme.

Plus récemment, le fil s'est invité dans mon travail. Je couds, le bruit de la machine me guide. L'aiguille pique, perce, avance. Les points de couture unissent papiers et textiles pour composer des assemblages évoquant des souvenirs, des réminiscences de l’enfance. Les bobines que je compose, tels des objets rituels sont autant d’histoires qu'on déroule et qui invitent à la rêverie.